Les gnomes

Written by Orta Anthony

On m'a beaucoup sous estimé. De par ma race, mon ancienne vie peu morale et ma fonction. Et je ne parle même pas du fait que je suis une femme... J'ai été maltraitée par les hommes, bafouée par les humains, utilisée comme un outil par le Ziraï Nath et envoyée comme espionne dans l'empire hostile des Zélotes.

Je n'aurais jamais pensé qu'un jour je tuerai un empereur et, par une simple illusion, prendrais le pouvoir à sa place. Quand j'y pense, je ne peux m'empêcher d'avoir un immense sentiment de... vengeance.

— Journal secret de Lullatrix, espionne gnome

Les gnomes sont les descendants des néruviens monstrueux sous l'influence du primordial Ithilvion. Leurs spécificités sont leurs yeux particulièrement grands ainsi qu'une taille réduite (environ 1,20 mètre) et chétive. Leur longévité arrive souvent à passer le siècle et leur peau est généralement grisâtre ou brune, néanmoins ces êtres ont une beauté saisissante grâce à un visage expressif.

Origine : l'influence d'Ithilvion

Si la progéniture humaine des goldaryns était plus adaptable à ce monde, il n'en fut pas de même pour ce que l'on appela plus tard les gnomes. Petits, la peau brune et de grands yeux expressifs, ces êtres apparurent principalement vers le littoral de Salinya. Les énis récemment installés là entretenaient une curiosité dévorante sur ce qui se trouvait par delà la mer d'Argent. De nombreuses prières furent envoyées aux primordiaux pour avoir des visions des terres lointaines qui pouvaient bien exister. Ithilvion, primordial du choix, de l'anticipation et de la divination, répondit à leur prière en octroyant à leurs enfants son don de vision.

La surprise des femmes de tribus de cette période fut immense lorsqu'elles mirent au monde non pas de jeunes bébés, mais des œufs. Après quelques jours, ces œufs s'ouvraient sur de petits êtres difformes (pour ces énis) aux yeux démesurément grands. Bien entendu, ces tribus ne firent pas le lien entre les yeux de leur rejetons et la grâce accordée par Ithilvion. Une race entièrement à part venait d'être créée, ne descendant pas des énis directement. Les gnomes furent avec le temps rattachés à ce que l'on nommera les néruviens monstrueux.

L'ostracisme

Pour éviter l'extinction, ces énis gardèrent et élevèrent cette progéniture qui remplaça leurs géniteurs en moins de trois générations, car vivant deux fois plus longtemps (attribut octroyé par Ithilvion). Si dans un premier temps, les parents énis de ces gnomes se portèrent garants pour les conserver dans les tribus (bien que beaucoup de gnomes furent abandonnés dès la naissance), les troisième et quatrième générations de gnomes commencèrent à subir un ostracisme.

De par leurs différences trop grandes avec les énis, les gnomes furent écartés des tribus de Salinya. Ces différences n'étaient pas que physiques ; les gnomes avaient une façon de penser particulière, créaient des choses inédites et avaient vision du monde qui n'était pas celle des humains qui pensaient surtout à gagner du territoire. Des tensions commencèrent à naître à la fin du premier millénaire de l'Ère de la Forge dans la plupart des tribus et les gnomes des différents villages durent se regrouper entre eux.

Une vie de Bohème

Les gnomes s'étendirent dans la Bordure Ouest ainsi que le long de l'Enma, s'installant en toutes petites tribus pour ne pas gêner ou attiser la colère d'autres races plus armées. Ithilvion avait accordé à cette nouvelle race le don d'anticipation, duquel découla une créativité  particulière . Les gnomes furent donc très doués pour construire des choses étonnantes et fortes utiles. Ils furent d'ailleurs les premiers à inventer la plupart des armes de la poliorcétique ainsi que les techniques d'irrigation aux abords de l'Enma par moulin à eau.

Parfois, ils réussirent à s'intégrer à d'autres villages d'humains, de nains ou de preps par leur travail et leurs idées. Les gnomes ne sont pas forcément attachés à la notion de communauté. Aussi, tout au long de l'histoire, ces êtres n'ont jamais fondé de grandes sociétés ou établi de royaumes durables, néanmoins, leur présence a toujours été synonyme de progrès.


Cover image: by Anthony Orta with Artbreeder

Commentaires

Please Login in order to comment!