Reconnaissance à Cyre

par Annaïg de Cannith

Lindy Pouliot

General Summary

Alors que nous quittions l’aura protectrice de Folo, l’air devint pesant pour tous, sauf moi. Je me sentais étrangement à ma place, mais cette sensation m’inquiétait davantage qu’elle ne me rassurait. Nous sommes partis du Brasier à bord d’une barge. Mahkah s’empara des pagaies sous la direction d’Edwyn.
“J’ai pas les bras mais je dirige.” - Edwyn de Lyrandar
  L’eau sur laquelle nous voguions ondulait et scintillait de façon mystérieuse. Yol sentit quelque chose y attirer ses vêtements et il tomba à l’eau tout en m’entraînant dans sa chute. Il fallut que Mahkah nous tire hors de l’eau pour que nous puissions remonter, mais nos vêtements nous ont poussé vers l’eau jusqu’à ce que nous ayons atteint terre et nous fûmes éloignés du rivage.   Cyre n’était plus qu’une désolante étendue désertique, telle que je m’y attendais depuis mes rêves surnaturels. Edwyn nous guida dans une direction avec l’objectif final d’atteindre Metrol, mais la route était longue.   En tentant d’atteindre des ruines, nous avons monté une colline au sommet de laquelle nous avons manqué d’oxygène. Rien ne semblait nous rendre notre souffle malgré nos tentatives et, en panique, nous nous sommes précipités jusqu’aux ruines. Yol s’est alors effondré et l’oxygène nous est revenue peu après. Il fallut un peu de temps à Yol pour reprendre conscience, mais nous n’étions pas au bout de nos peines.   Plus loin sur la route, de petites pierres se mirent à léviter. Nous n’avons pu réagir avant d’être nous-mêmes soulevés du sol, de plus en plus haut jusqu’à ce que nous retombions brusquement. Nous sommes parvenus à minimiser les dégâts, mais à peine avions-nous repris notre souffle que le phénomène se répéta, menaçant d’aggraver nos blessures. Puis, la gravité reprit sa vraie nature aussi subitement qu’elle avait été altérée.   Éventuellement, je tentai d’entrer en connexion avec les Endeuillés dans l’espoir d’anticiper et de comprendre les variations de réalité qui nous affectaient. Mais tout ce que j’obtins, c’était la voix de Lorenzo dans ma tête. En colère, je partageai mon expérience avec les autres.  
"Ça veut tu dire que Lorenzo est proche ou que t’es folle?" - Yol
  Au moment où un orage éclata, nous avons repéré une tour sur notre route. Les éclairs tombaient autour de nous et Edwyn se fit happer le bras. Pourtant, il n’en mourut pas : son bras semblait maintenant non fait de chair, mais d’énergie. Intrigué, il posa la main au sol, ce qui provoqua une aveuglante explosion de lumière qui eut raison de son bras tout entier. Je m’empressai de l’emmener à l’abri, où Yol nous attendait pour l’examiner. À la place d’une cicatrice, la peau de son épaule était lisse comme s’il était né ainsi.  
“Edwyn t’es tu sûr que t’avais un bras?” - Yol
  Déroutés, ébranlés et épuisés, nous avons entamé un repos bien mérité. Alors que Yol et Mahkah dormaient, je sonnai l’alerte en voyant des créatures d’ombre se matérialiser. Le combat fut de courte durée, au bout duquel Yol nous révéla qu’il avait rêvé de ces créatures. Je me rappelai soudainement Linar, qui avait provoqué un événement similaire lorsque nous étions allés le chercher à la frontière de Cyre. Il était hors de question que je dorme pendant ce voyage, à moins de prendre l’une des potions de suppression onirique concoctées par Serum et Na-Zerral. Mahkah, Yol et Edwyn sont retournés se coucher. Au bout d’un moment, d’autres créatures sont surgies de nulle part et nous avons dû les vaincre à leur tour. Afin de nous assurer un repos adéquat, nous avons pris les trois potions de suppression onirique que j’avais et Mahkah n’a pas fermé l’oeil.  
"Nous ne pouvons pas continuer ce voyage sans dormir." - Mahkah
  Le lendemain, nous avons repris la route vers Metrol. Sur notre chemin, une tempête de sable se leva, projetant sur nous des fragments de cristaux mauves et Edwyn nous guida jusqu’à un orbe magique que Mahkah avait repéré. Celui-ci trônait au centre de deux tranchées datant de la guerre. Celle-ci ne se trouvait pas là où elle le devait, car je la reconnut : nous étions désormais à la frontière sud du pays, et non en son cœur comme nous étions sensés l’être. Le vent est alors tombé et la tempête de sable s’est dissipée.   Des échos apparurent, autant de Valenariens que de Cyrians qui déclenchèrent une bataille autour de nous, ne nous distinguant pas de leurs ennemis, à ma seule exception. Je tentai d’abattre les forces valenariennes qui s’en prenaient à nous, davantage par réflexe qu’autre chose, alors que Mahkah et Yol se défendaient contre les forces de Cyre et qu’Edwyn tentait tant bien que mal de se faire oublier au milieu du chaos.   Lorsque j’entendis la voix familière de Micolau, mon compagnon d’armes, qui se trouvait en péril, je perdis ce qui me restait de sang-froid. Bien qu’il fut un échos, je ne pensais plus qu’à le sauver et je redevins pendant un temps la militaire que j’étais autrefois. Ma capitaine, Isabella Costa, surgit de nulle part pour me donner ses ordres avant de s’en prendre à Edwyn. Trop plongée dans mes douloureux souvenirs, je n’en eut pas connaissance. J’appris même plus tard que Mahkah aussi avait vu d’anciens camarades, nommés Isaac et Garol, et que l’une d’eux avait abattu Yol. Une ombre inquiétante nous survola. En levant les yeux, nous avons pu voir un navire Lyrandar, le Cumulus, nous survoler pour déferler une volée d’explosifs qui mit fin aux échos.   Sonnée, j’eus une vision de Lorenzo qui m’invitait à méditer, me laissant une impression de déjà vu lorsque je retrouvai mes esprits.  
"Oublie ton passé, oublie ton futur. Il n'y a que le moment présent qui existe. Une respiration à la fois. Ne pense pas plus loin que ça. Concentre-toi uniquement sur ce qui est tangible. Concentre-toi uniquement sur ce qui est devant toi. Et élimine les illusions de ton esprit. Élimine ton imagination." - Lorenzo
  Yol était mourant. Il irait rejoindre mes camarades si je ne me hâtais pas. En fonçant sur son corps, je sortis la seule fiole de potion de soins que j’avais et je la vidai dans sa gorge. En horreur, je retins mon souffle en priant pour qu’il revienne. Ni l’eau de la mer des Scions qui avait failli me noyer, ni l’air pauvre des Endeuillés qui m’avait privée d’oxygène ne rivalisaient avec la sensation d’étouffer qui me tenaillait. J’allais perdre Yol au milieu de tout ce qui m’avait été arraché des années plus tôt. Mahkah et Edwyn gardaient leurs regards anxieux fixés sur Yol pendant une éternité.   Yol rouvrit les yeux.   J’en avais eu assez. Nous n’étions pas prêts pour ce voyage et Yol avait failli en payer le prix. Chacun d’entre nous risquait de mourir si notre voyage s’éternisait. Craignant le pire, je proposai de retourner au Brasier. Ils s’y opposèrent tous et je dû me ranger à l’avis général, mais j’étais de plus en plus convaincue que ce périple ne trouverait pas de chemin de retour…  
"On est en train de traverser mes démons, et tout ce que vous avez à dire c'est allons plus loin?" - Annaïg de Cannith
"Tu n'es pas la seule à avoir des démons. Tu n'es pas la seule à avoir affronté des choses terribles." - Mahkah
  Plus loin sur notre route, nous avons aperçu une femme qui chassait avec une arme à feu. Ses vêtements ressemblaient à ceux que Lorenzo portait lorsque nous l’avons rencontré et ses yeux avaient la même couleur argentée. Notre rencontre fut tendue et elle nous menaça immédiatement. Lorsque Yol mentionna Lorenzo, elle réagit encore plus agressivement en le désignant comme “Lorenzo le démon de fer”. J’eus à peine le temps de dire qu’il n’était pas notre ami que trois colonnes de fumée blanche s’élevèrent à l’horizon. En retour, l’étrangère lança une fusée rouge et se mit à courir brusquement en lançant une sacoche. Nous avons tenté de la suivre sans succès, mais Edwyn parvint à échanger quelques mots avec elle par la pensée. Ses amis étaient en danger, elle n’avait pas le temps de s’occuper de nous.   Alors qu’elle disparaissait au loin, nous avons soudainement constaté que nous étions sur les rives de Cyre et nous apercevions Le Brasier, au loin. Nous étions revenus à notre point de départ après tout ce chemin. La route que nous avions suivie était bien trop déroutante, bien trop insensée. Comment pourrions-nous un jour atteindre Metrol dans un endroit aussi inconstant?
Campaign
Incandesca
Protagonists
Edwyn de Lyrandar
Annaïg de Cannith
Mahkah
Yol
Date du Rapport
31 Dec 2021