Sang froid

Rapport d'une discussion entendue dans une taverne de Clairécume.   "Moi, je crois que t'as assez bu de jaja pour ce soir ...  
  • Mais comme j'te dis ! J'y étais et j'étais aux premières loges !!
  • Pfffff... C'était y'a une paye ! Et tous les habitants du village de Sed'nyhn sont morts maintenant...
  • Tous sauf moi ! Il y a 15 ans...
  • Il y a 15 ans, le village de Sed'nyhn était la cible d'un vampire. Ca faisait des jours que des habitants étaient retrouvés morts dans les rues ou chez eux tous les matins, et certains semblaient se vider de l'intérieur chaque jour un peu plus, comme en proie à une maladie.. On connaît tous l'histoire !
  • Aaarrh Freyrh ! Qu'Otthar t’assomme de ses boucliers ! Silence, et laisse-moi te dire ce qu'il s'est passé !
  • J'avais neuf ans alors, il ne restait que quelques familles dans le village. Et un matin, il arriva .. un homme lourdement équipé, et qui proposa au chef du village de nous débarrasser du mal qui semblait nous avoir maudit. Démunis, nous n'avions pas le choix. Il passa la journée à mettre en place divers objets et mécanismes dans tout le village, aucune rue n'a été épargnée.  
  • Comment foutre pourrais-tu savoir ça ? Tu l'as suivi ?
  • J'ai même fait mieux que ça, je l'ai assisté. Il a demandé un cheval n'ayant jamais sailli et avait besoin d'un puceau, donc il m'a choisi ...
  • Tu étais encore puceau à neuf ans !?
  • Et aujourd'hui je t'ai déjà fait deux bâtards ! Laisse-moi finir mon histoire.
  • Il m'a fait monter sur le cheval nu comme un ver, puis l'a guidé au cimetière et l'a fait marcher sur toutes les tombes devant l'incrédulité des villageois. Mais à un moment donné, le cheval n'a plus voulu marcher sur la tombe suivante, malgré les coups de cravache. Je vîs alors l'homme creuser pour sortir le cercueil sous la stèle que le cheval ne voulait pas enjamber, l'ouvrir et mettre au jour le cadavre en parfait état du tavernier, mort deux semaines plus tôt. On l'aurait presque dit en train de dormir. En un clin d'œil, l'homme planta un pieu en bois dans le cœur du cadavre, décapita sa tête et la brûla séparément du reste du corps. Il nous expliqua qu'un vampire s'était établi dans notre village et que c'était un de ses sbires qu'il venait de décapiter. Apparemment, un vampire cherchait à créer sa propre caste à partir de certains de nos morts. À la tombée de la nuit, l'homme me demanda de me poster au sommet du clocher, avec pour mission de descendre sur la place centrale à son signal. Au plus sombre de la nuit, j'ai entendu un cri dans une maison, et j'ai su que quelqu'un était mort ; je vis un éclair aveuglant traverser le village. Ce fut la première fois que j'entendis crier ce monstre cauchemardesque. Je ne sais pas quels genres de pièges avait installé l'homme, mais ils émirent toutes sortes de détonations et de bruits étranges. Lorsque j'entendis sonner la clochette qui était mon signal, je descendis au centre de la place, exactement devant le puits, comme l'avait ordonné l'homme. C'est à ce moment-là que je le vîs. Un monstre qui avait une allure humaine, mais comme décharnée, à la peau blanche et aux yeux rouges. Son nez était presque inexistant, et sa bouche contenait des dents qui semblaient des couteaux ... Il m'arrive encore d'en faire des cauchemars ... Dès qu'elle m'aperçut, la créature se précipita vers moi avec ses grandes mains aux ongles noirs. Elle ne paraissait pas avoir de jambes.  
  • Comment ce monstre faisait pour avancer sans jambes ?
  • Je t'ai jamais dit qu'il avait pas de jambes !!!
  • Mais on aurait dit qu'il glissait sur le sol, comme un corbeau qui plane au-dessus d'un champ. J'étais mort de trouille, et pendant que je mouillais mes chausses, l'homme, qui était caché dans le puits depuis le début, sauta devant moi en balançant de la poudre d'ail à la face du monstre. Le vampire hurla et fit demi-tour, cherchant à sortir de la place du village. Mais l'homme tira sur une longue corde, et un tas de petites tablettes en bois avec des symboles gravés dessus se déversèrent à l'entrée des trois rues qui desservaient la place. Pendant que je me cachais derrière le puits, je voyais le vampire incapable de franchir ces tablettes de bois aussi sûrement que si ça avait été des murs de flammes !  
  • Pourquoi ? Il y avait écrit quoi sur ces tablettes ?
  • J'en sais rien ... En tout cas, pris au piège, le vampire se précipita sur l'homme les yeux pleins de haine.
  • Ce dernier l'attendait de pied ferme, muni de son arbalète, et décocha un carreau dans le thorax du monstre. C'est à peine si cela le ralentît. Le monstre lui asséna deux grands coups de griffes qu'il évita de justesse. C'est à ce moment-là que je lui ai envoyé la chaîne en argent qu'il m'avait demandé de cacher derrière le puits. L'homme s'en empara et l'enroula autour du monstre comme avec un lasso. Pendant que le vampire grognait des brûlures que lui provoquait la chaîne, l'homme fit un cercle autour de lui avec une poudre noire. Le monstre brisa la chaîne et tenta d'attraper l'homme, mais la poudre agît comme une cage pour lui. En sueur, l'homme s'assit devant le vampire et bût une gorgée de vin à sa gourde.   "Tu ne peux pas me tuer, humain !", dit le monstre avant de partir dans un rire diabolique.   "Je sais" répondit l'homme en souriant. Puis il tendit le doigt vers l'Est.   "Mais lui, oui" dit-il en désignant l'aube, dont les premiers rayons de soleil commençaient à percer.   Le vampire se déchaîna, cherchant à s'échapper de son piège, telle une souris. Pendant de nombreuses minutes nous le regardâmes ainsi hurler et nous maudire des pires insanités. L'homme resta imperturbable et attendit que le soleil vienne éclairer la place. Lorsque les rayons atteignirent le monstre, ce dernier prit feu dans d'horribles cris d'agonie.  
  • Quoi !? C'est juste le soleil qui l'a tué ?
  • Ouais, mais encore fallait-il le maintenir jusqu’à son arrivée ! En tout cas, l'homme prit les cendres du monstre et les enferma dans une boîte qui contenait déjà du sel. La somme qu'il demanda pour ses efforts était telle, que nous dûmes donner tout l'or qu'il nous restait. Il pris son butin et partit.
  • Bigre ...
  • Après ça, il n'y eut plus de décès étranges, mais nous finîmes par abandonner le village, la mort y était trop présente ...
  • Et quel était le nom de l'homme ?
  • Il ne l'a pas dit .. Mais il doit sûrement être mort aujourd’hui. En y repensant, j'ignore qui me faisait le plus peur du monstre ou de lui ...
  • Eh ben, j'ignore si ton histoire est vraie ou non, mon p'tit Sycras, mais par tous les théocides, tu mérites bien un verre ! Tavernier !!! Une bouteille de votre plus mauvaise gnôle !!!
  • Dans la Littérature

    Anthony Orta
    Date des Événements
    496
    Récit / Prose
    Personnes associées

    Commentaires

    Please Login in order to comment!
    26 Mar, 2019 21:06

    Super article ! Un plaisir de voir des textes en français sur WA, et très bon choix de style pour présenter l'histoire : ça le rend très immersif, et agréable à lire :)

    With love,   Pouaseuille.   I finally participated to The Costume Challenge: here's an entry if you like!
    26 Mar, 2019 21:10

    Et j'ai vu une petite référence à Thor - Ragnarok, mais peut être je me trompe ?

    With love,   Pouaseuille.   I finally participated to The Costume Challenge: here's an entry if you like!
    27 Mar, 2019 05:23

    Merci c'est sympa ! Y'à plein d'articles comme ça dans notre univers Abrasia si tu apprécies. Pas de référence voulue à Thor, j'étais plus partit sur le cas de Peter Plogojowitz dans les histoires de vampires :)